En 2014, alors que j’étais en licence d’anthropologie, je découvrais le jeu de rôle et écrivais un article d’ethnologie sur les différents niveaux de communication d’une session de jeu.

En 2016, alors que je commençais mon master en sciences des religions je commençais à faire – très – régulièrement du jeu de rôle, autant comme joueuse que maître de jeu, et je commençais à nourrir une passion que n’allait pas s’arrêter de sitôt.

Le mercredi 2 décembre 2020, je lançais sur ma chaîne twitch la Grande Aventure, une émission pour parler de jeu de rôle dans un espace safe et inclusif. Trois objectifs étaient déjà au cœur de mes pensées :

  • Mélanger les acteurices du jdr,
  • Rendre le jdr accessible et inclusif,
  • Remettre l’envie de jouer au cœur du jdr.

En moins d’un mois, la communauté d’1d4 me faisait déjà des retours extrêmement positifs sur les lives et sur la manière dont ils ont impacté leur manière de jouer. Répartition de la charge mentale, outils de sécurité émotionnelle, contrat social et bien d’autres sujets reviennent déjà régulièrement, tant ils manquent de visibilité dans le milieu du jeu de rôle.

L’anthropologie, les sciences sociales des religions, les études sur le genre et mes diverses expériences en termes de formation et de lutte contre les discriminations m’ont donné des tas de clefs que j’ai envie aujourd’hui d’utiliser pour mieux regarder le jdr, et contribuer à ce nouveau souffle qui le parcourt dans les communautés indé, qu’elles soient francophones ou non.

Entre la communauté d’1d4, mon Patreon, les lives de la Grande Aventure et d’autres projets en cours de préparation, j’ai déjà des moyens d’action et de contribution à ce milieu qui est aujourd’hui au cœur de ma vie et de mes préoccupations.

Mais pourquoi s’arrêter là, quand j’ai la possibilité d’aller plus loin encore ?

En janvier 2021, je créais mon auto-entreprise d’éditrice indépendante, soutenue par ceux qui devenaient alors mes premiers clients et collaborateurs.

Tout a été très rapide, mais tout avait tellement de sens.

Par le biais de l’édition, j’ai pour objectif d’accompagner des créateurs qui ont besoin de soutien et d’un regard éclairé pour avoir un réel impact avec leur publication. Le monde du jdr est prêt à être impacté. Il est prêt à changer, à devenir plus divers, plus inclusif, à mettre en valeur plus de femmes, de personnes non-binaires, de personnes racisées, de personnes en situation de handicap.

Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

– Aetlas