Publié le 24 janvier 2021 sur Patreon.

Voilà des semaines que je fais des recherches sur ce sujet qui me tient à cœur depuis des années. Des semaines que je retourne ce sujet dans ma tête, que je cherche comment l’aborder dans le contexte de la fiction, où il fait peut-être encore plus débat que dans les autres arts. Comment parler d’appropriation culturelle dans le jeu de rôle sans me prendre des claques de la part de personnes indignées qui ne comprennent même pas pourquoi c’est un sujet ? Et bien aujourd’hui je n’ai toujours pas de solution. Et pourtant… Pourtant, j’ai plein de choses à dire.

Mais recontextualisons.

Qu’est-ce que l’appropriation culturelle ?

C’est l’utilisation par une culture dominante d’éléments empruntés à une culture dominée. C’est quand un emprunt culturel s’inscrit dans un contexte de domination. Par exemple, quand Katy Perry se déguise en geisha pour une représentation, empruntant cet élément de culture qui ne lui appartient pas pour en faire une performance artistique, c’est de l’appropriation culturelle. Et pourquoi c’est un problème, me direz-vous ? Parce qu’elle se fait de la thune sur le dos d’une autre culture, tout en renforçant les stéréotypes autour des femmes japonaises et en alimentant le racisme à leur égard. C’est la même chose quand des marques de mode occidentales s’approprient des éléments artistiques de cultures africaines ou amérindiennes pour leur nouvelle collection. C’est du pillage culturel, qui renforce la dominance de notre culture sur la leur, et qui permet aux occidentaux de se faire de la thune là où les populations concernées vivent dans la pauvreté et l’exploitation. Et le pire, c’est qu’en général, quand les concerné.e.s s’en plaignent, on les invisibilise et on les enferme dans des accusations de communautarisme. C’est du néo-colonialisme, all over again.

Alors ok, là vous me dites : je comprends ton point, mais c’est quoi le rapport avec le jdr ?

J’y viens. On va faire un détour par la fiction, pour que vous compreniez mieux là où je veux en venir.

J’ai lu le discours d’une autrice qui disait que le propre même de la fiction, c’est de ne pas dépeindre la réalité, mais de se mettre dans la peau d’un.e autre que soi pour écrire une histoire. Et que tant pis si on le faisait mal, parce que de toute façon la fiction c’est que rarement très bien fait, qu’on devrait déjà donner des cookies aux auteurices parce qu’iels essayent. 

Et bien… Non. Juste non. Ecrire pour soi en se mettant dans la peau d’un.e autre c’est une chose. Mais commercialiser un livre pour qu’il soit lu par un public, c’en est une autre. D’abord, ça enlève la place sur le marché pour que les concerné.e.s puissent raconter ces histoires. Parce que oui, quand un homme blanc écrit l’histoire d’une adolescente Nigérienne, il prend la place dans l’industrie du livre d’une femme Nigérienne qui aurait voulu raconter son histoire. On devrait faire entendre la voix des concerné.e.s, qui ont des difficultés immenses à évoluer dans l’industrie littéraire, avant de leur voler leur identité et leur histoire (comme si on ne leur avait pas déjà tout pris). Surtout que – et j’arrive à mon second point – le problème ce n’est pas de se mettre dans la peau d’un.e autre, mais de dépeindre une diversité pleine de clichés et de non-sens tout en criant haut et fort que c’est réaliste. Qui, aujourd’hui, sait vraiment ce qu’est le « vaudou », au-delà des mille et un clichés qu’on nous a transmis par la fiction sur le sujet ?

Et j’ajouterai un dernier point, soulevé par les débats suite à un énième comportement problématique de JK Rowling. Est-ce vraiment respectueux de construire de la fantasy à partir des croyances réelles d’un peuple déjà opprimé dont la culture a été spoliée encore et encore par les sociétés dominantes ? « My beliefs are not fantasy », disait un.e militant.e concerné.e en réponse à l’utilisation d’éléments de la culture Navajo pour le système magique que JK a créé pour l’Amérique du Nord du monde d’Harry Potter.

Bref.

Je ne suis pas sûre d’avoir les réponses. Mais quand aujourd’hui j’entends un célèbre MJ d’actual play vouloir utiliser la culture « vaudou » (dans la vraie vie on parle de voodoo ou de hoodoo, mais bref) pour en faire un système de magie pour un de ses personnages… Ca m’interroge.

Pourquoi emprunter cet élément culturel ? Est-ce que ça l’intéresse vraiment ou est-ce qu’il veut juste surfer sur une mode ? 

A quel point son travail va être respectueux de la culture en question ? Je sais qu’il a échangé avec un concerné sur le sujet, mais est-ce qu’au moins il l’a payé pour sa collaboration ? Ou est-ce que, encore une fois, il va se faire de la thune sur le dos d’autres cultures ?

Et quid de tous ces jeux de rôle qui exploitent des cultures d’ailleurs, des choses qui sont attrayantes par leur exotisme, juste parce que c’est plus simple de voler des éléments culturels d’ailleurs que d’inventer des choses innovantes ? 

Je ne dis pas qu’il faut condamner toute utilisation d’éléments culturels non-occidentaux. Juste qu’il y a de bonnes façons de le faire. Et que ça dépend des cultures. Comme le disait un gars interrogé par France Culture sur le sujet : « L’appropriation culturelle doit être pensée de manière globale, mais étudiée de manière locale. Il ne peut pas y avoir de règle, chaque cas est particulier. » Mais il y a des faisceaux d’indices, des questions à se poser, à commencer par le respect de la culture de l’autre, le respect de l’autre.

Je n’ai pas encore les réponses. Alors je n’écrirai peut-être pas un article sur l’appropriation culturelle. Pas encore. Mais ça viendra. Car il faut vraiment qu’on s’interroge. On ne peut plus reproduire les systèmes de domination en place. Ca doit changer.

Quelques liens parcourus en amont de l’écriture de ce texte :

Eric Fassin : « L’appropriation culturelle c’est lorsqu’un emprunt entre les cultures s’inscrit dans un contexte de domination », Le Monde : https://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/08/24/eric-fassin-l-appropriation-culturelle-c-est-lorsqu-un-emprunt-entre-les-cultures-s-inscrit-dans-un-contexte-de-domination_5345972_1654200.html

Christian Ruby, « L’appropriation culturelle », entre recel et émancipation, Non Fiction : https://www.nonfiction.fr/article-9659-l-appropriation-culturelle-entre-recel-et-emancipation.htm

Jarune Uwujaren, The Difference Between Cultural Exchange and Cultural Appropriation, Everyday Feminism : https://everydayfeminism.com/2013/09/cultural-exchange-and-cultural-appropriation/

Maho Sebiane (org.), Livret de la journée d’étude « Cultures en rivalité ? Patrimoines immatériels, transferts, appropriation culturelle », EHESS : https://www.ehess.fr/sites/default/files/evenements/fichiers/livret_de_la_journee_detude_cral_5_7_2019.pdf

Maisha Z. Johnson, What’s Wrong with Cultural Appropriation? These 9 Answers Reveal Its Harm, Everyday Feminism : https://everydayfeminism.com/2015/06/cultural-appropriation-wrong/

Amandla Stenberg, Don’t Cash Crop On My Cornrows : https://www.youtube.com/watch?v=O1KJRRSB_XA

Jessica Metcalfe, Native Americans know that cultural misappropriation is a land of darkness, The Guardian : https://www.theguardian.com/commentisfree/2012/may/18/native-americans-cultural-misappropriation

« Appropriation culturelle », Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Appropriation_culturelle

Arewa Olufunmilayo, Appropriation culturelle : quand emprunter devient exploiter, Le Point : https://www.lepoint.fr/culture/appropriation-culturelle-quand-emprunter-devient-exploiter-13-07-2016-2054258_3.php

Hervé Gardette, LE CLUB : Appropriation culturelle : un débat importé ?, France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/du-grain-a-moudre-du-vendredi-23-novembre-2018

Lionel Shriver’s full speech: ‘I hope the concept of cultural appropriation is a passing fad’, The Guardian : https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/sep/13/lionel-shrivers-full-speech-i-hope-the-concept-of-cultural-appropriation-is-a-passing-fad

Yassmin Abdel-Magied, As Lionel Shriver made light of identity, I had no choice but to walk out on her, The Guardian : https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/sep/10/as-lionel-shriver-made-light-of-identity-i-had-no-choice-but-to-walk-out-on-her

Stephanie Convery, We need to talk about cultural appropriation: why Lionel Shriver’s speech touched a nerve, The Guardian : https://www.theguardian.com/books/2016/sep/15/we-need-to-talk-about-cultural-appropriation-why-lionel-shrivers-speech-touched-a-nerve

Alison Flood, JK Rowling under fire for writing about ‘Native American wizards’, The Guardian : https://www.theguardian.com/books/2016/mar/09/jk-rowling-under-fire-for-appropriating-navajo-tradition-history-of-magic-in-north-america-pottermore

A Guide to Understanding and Avoiding Cultural Appropriation, ThoughtCo. : https://www.thoughtco.com/cultural-appropriation-and-why-iits-wrong-2834561


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *